Skip to main content

Avertissement sur les risques: Les CFD sont des instruments complexes et comportent un risque élevé de perte d'argent rapide en raison de l'effet de levier. 78,31 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFD et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Veuillez cliquer ici pour lire notre Avertissement sur les risques.

78,31 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur.

stocks-falter

Les actions vacillent après avoir atteint un nouveau record historique

Thu 14/03/2024 - 12:49

À la surprise de nombreux analystes et en contradiction totale avec la sagesse traditionnelle et les performances historiques, les actions américaines ont connu une trajectoire positive inattendue depuis janvier 2023. Malgré les niveaux d'inflation les plus élevés depuis longtemps, une situation géopolitique qui semble se détériorer de jour en jour et un intérêt réduit pour les actions de la part d'investisseurs particuliers supposés à court d'argent, les trois principaux indices américains, à savoir le S&P 500, le Nasdaq 100 et le Dow Jones Industrial Average, ont tous enregistré de nouveaux records historiques de 5 147,23 dollars, 18 079,65 dollars et 38 843,24 dollars, respectivement. 

Mais cette semaine a été un coup dur lorsque le chouchou de l'IA, Nvidia, a perdu plus de 10 % de sa valeur en une seule journée de trading. Bien qu'une partie du terrain perdu ait été récupérée assez rapidement et que l'impact sur le Nasdaq, riche en entreprises technologiques, ait été contenu en dessous de 2,5 %, cela reste un signe d'extrême fragilité pour ce cycle haussier.

Comme toujours, les facteurs susceptibles d'influencer les mouvements du marché en 2025 vont bien au-delà d'un seul ticker. Des données sur l'emploi à l'inflation, en passant par ce que l'on appelle la « réinitialisation du risque », les éléments fondamentaux qui influencent et les arguments potentiels pour ou contre la poursuite de la hausse des actions sont nombreux et variés. Quels sont-ils donc et comment sont-ils susceptibles d'affecter les prix des actions à moyen et à long terme ?

Les indicateurs vont indiquer

Comme nous l'avons déjà mentionné, la chute des cours des actions cette semaine a coïncidé avec la publication des chiffres du marché du travail pour le mois de février, qui ont été suivis de près afin d'obtenir des indices sur la prochaine décision de la Réserve fédérale américaine en matière de taux d'intérêt. Bien que nous ayons enregistré une surperformance en termes de création d'emplois, avec 275 000 emplois créés en février (contre 198 000 prévus), certains signes indiquent que le marché de l'emploi, anormalement chaud pour la saison, commence à se calmer. Le taux de chômage a augmenté de 0,2 point de pourcentage pour atteindre 3,9%, la croissance du salaire horaire moyen a ralenti d'un mois à l'autre et le chiffre de 353 000 emplois créés en janvier a été corrigé à 229 000. Après une légère déception, les analystes se sont concentrés sur la publication du rapport sur l'IPC le 13 mars. Les derniers chiffres de l'inflation indiquent une hausse de 3,2 % d'une année sur l'autre le mois dernier - une augmentation par rapport au rapport de janvier du Bureau des statistiques du travail, qui indiquait 3,1 %. L'inflation de base, qui exclut les prix plus volatils de l'alimentation et de l'énergie, a quant à elle enregistré une hausse annuelle considérable de 3,8%.

Cela prouve clairement que l'« approche attentiste » de la Fed, qui maintient ses taux d'intérêt constants depuis neuf mois consécutifs, ne suffit pas à ramener l'inflation vers l'objectif d'inflation de 2 % de la banque centrale. Si cette tendance se poursuit en avril, il est difficile d'envisager un scénario dans lequel la Fed ne sera pas obligée d'envisager de nouvelles hausses de taux. Et comme les multiples baisses de taux en 2024 sont déjà considérées comme acquises et intégrées dans les indices américains, nous pourrions assister à une correction significative.

Risque présent, risque absent

Il existe cependant un autre facteur fondamental qui pourrait bien annuler tout ce qui précède, à savoir un changement psychologique observé dans le comportement des investisseurs lors des récentes hausses des actions du S&P 500 et du Nasdaq 100.

Des gestionnaires de portefeuille chevronnés, tels qu'Evan Brown d'UBS Asset Management, ont qualifié ce changement d'avis massif de « réinitialisation du risque » et en ont attribué la cause première à la non-matérialisation d'une récession prévue de longue date. Il est vrai que la hausse de l'inflation et la faible croissance des salaires, associées à l'incertitude géopolitique et aux problèmes de la chaîne d'approvisionnement, auraient dû entraîner une récession, mais c'est tout le contraire qui s'est produit, les actions s'étant tranquillement renforcées tout au long de l'année 2023 et au-delà.

En réalité, les chiffres de JP Morgan montrent que les entreprises du S&P 500 ont collectivement dépassé de 7 % les prévisions de bénéfices par action au cours de la saison des résultats du quatrième trimestre, des secteurs tels que les biens de consommation de base et les services de communication ont démenti les cyniques qui affirmaient que l'augmentation des coûts d'emprunt pèserait sur les bénéfices. La légère augmentation de l'inflation ce mois-ci n'a fait que repousser la date prévue pour la première baisse des taux de la Fed et a réduit le total prévu pour 2024 de six à quatre. Le fait que de nombreux investisseurs soient arrivés tardivement à la fête en raison des craintes de récession ne fera que contribuer à prolonger le marché haussier actuel au-delà de ses limites habituelles. En fait, Bank of America a même relevé ses prévisions de fin d'année pour le S&P 500 à 5 400, ce qui témoigne de la confiance dans une reprise prolongée jusqu'en 2025 au moins.

Négociez des CFD sur actions américaines avec Libertex

Libertex offre une large gamme de CFD disponibles sur des actifs sous-jacents allant du forex, des métaux et de l'énergie aux actions, ETF et, bien sûr, aux indices. Libertex propose des positions longues ou courtes sur CFD dans une variété d'instruments boursiers, y compris les indices S&P 500, Nasdaq 100 et Dow Jones Industrial Average, ainsi que des actions individuelles en vogue telles que Nvidia et Tesla. Pour plus d'informations ou pour créer un compte dès aujourd'hui, visitez www.libertex.com/signup