Skip to main content

Avertissement sur les risques: Les CFD sont des instruments complexes et comportent un risque élevé de perte d'argent rapide en raison de l'effet de levier. 74,91 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFD et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Veuillez cliquer ici pour lire notre Avertissement sur les risques.

74,91 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur.

usb-credit-suisse

UBS vient à la rescousse du Credit Suisse, mais jusqu'à quand ?

Wed 29/03/2023 - 14:15

Quelques jours après l'effondrement de la Silicon Valley Bank et de la Signature Bank, un autre géant de la finance d'entreprise a dû être tiré des griffes de la faillite dans ce que l'on a appelé un « mariage forcé ». Le Credit Suisse, longtemps malmené, a finalement mordu la poussière, UBS étant contraint de l'absorber ainsi que ses 5 000 milliards de dollars d'actifs investis. Les analystes optimistes affirment que cette décision met enfin un terme aux interrogations sur la viabilité du Credit Suisse, tandis que leurs collègues plus pessimistes soulignent les signes potentiels de contagion, comme lors du GFC de 2008, qui pourraient entraîner une catastrophe pour les marchés financiers déjà précaires du monde entier. Qui a raison et qu'est-ce que cela signifie pour les traders et les investisseurs à court terme ?

Tout est dans les détails

L'effondrement de SVB et de Signature n'est en aucun cas une goutte d'eau dans l'océan : elles occupent respectivement la deuxième et la troisième place dans le classement des plus grandes faillites bancaires de tous les temps aux États-Unis. Toutefois, leur activité hautement spéculative fondée sur les cours boursiers insoutenables de 2020-2021 les a rendues particulièrement vulnérables au cours de ce marché baissier prolongé. Le Credit Suisse est une tout autre histoire. Il s'agit d'une institution nationale suisse dont l'histoire remonte à 1856 et dont le spectre d'activité est beaucoup plus large que celui de ses homologues américains. Avec des investisseurs majeurs tels que la Saudi National Bank et la Qatari Investment Authority, le Credit Suisse est un acteur mondial majeur qui exerce une influence sur un large éventail de classes d'actifs et d'activités. C'est pourquoi son échec aurait eu des répercussions considérables sur les marchés mondiaux, et c'est très probablement la raison pour laquelle il n'a pas été autorisé à suivre la même voie que SVP et Signature.

Il fallait s'y attendre

L'annonce de la faillite d'une banque vieille de 167 ans a pu choquer, mais cette faillite se préparait depuis un certain temps déjà. Au cours des deux dernières années, le cours de l'action du Credit Suisse a chuté de 84 %, tandis que son nouveau propriétaire, UBS, a réussi à enregistrer des gains de 15 % au cours de la même période. L'année dernière, le Credit Suisse a enregistré une perte de plus de 7 milliards de dollars et, une semaine avant l'éventuel rachat pour 3 milliards de dollars, il était évalué à seulement 8 milliards de dollars. En effet, face à la panique générale des déposants, qui ont retiré des dizaines de milliards de dollars chaque jour, le gouvernement suisse a accordé à la banque un prêt-relais de 54 milliards de dollars, dont la totalité a été dépensée. En fait, la situation est si grave que la Banque nationale suisse a même accepté de fournir 108 milliards de dollars supplémentaires à UBS afin de renforcer les liquidités du Crédit suisse à long terme. À la suite de cette débâcle, le cours de l'action d'UBS a même subi une baisse de plus de 10 % au cours de la semaine dernière.

Pourquoi s'inquiéter ?

Beaucoup diront qu'il ne s'agit que de trois banques surendettées qui ont perdu la tête et qu'il n'y a pas de signe de grave contagion comme en 2008. Et si cela est certainement vrai pour SVB et Signature, il en va tout autrement pour le Credit Suisse. Ses propres actionnaires ont déjà perdu plus de 50 % de leur investissement à la suite de l'échange d'actions après le rachat, tandis que les détenteurs d'obligations AT1 de la banque se sont retrouvés sans rien. Il a été clairement établi que la banque est loin d'être tirée d'affaire et, avec plus de 5 000 milliards de dollars d'actifs investis, un effondrement futur serait absolument désastreux pour les marchés partout dans le monde. Cette perte de principe par les détenteurs d'obligations AT1 a déjà provoqué une déroute sur les marchés européens des obligations convertibles, ce qui pourrait entraîner de nouvelles difficultés pour le secteur bancaire dans son ensemble. Les analystes prévoient également une baisse générale de la demande d'actifs à risque jusqu'à ce que la confiance revienne. Rien n'est certain pour l'instant... et c'est là une partie du problème. Mais si une autre grande banque est en difficulté, il pourrait être temps de céder à la panique et d'envisager d'augmenter sa part d'or.

Négociez n'importe quelle tendance avec Libertex

Libertex, l'un des principaux courtiers en CFD d'Europe, propose des conditions compétitives sur une large gamme d'instruments et de classes d'actifs. En plus des CFD sur des actions individuelles telles que Deutsche Bank, Goldman Sachs, et Citigroup, et d'une gamme d'indices et d'ETF, tels que S&P 500, DAX, et EURO STOXX 50, nous proposons également des CFD sur l'or et l'argent. Pour plus d'informations ou pour créer votre propre compte, rendez-vous sur https://libertex.com/signup

 

Avertissement sur les risques : les CFD sont des instruments complexes et s'accompagnent d'un risque élevé de perdre rapidement de l'argent en raison de l'effet de levier. 89,1 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur. Des spreads serrés s'appliquent. Veuillez consulter nos spreads sur la plateforme. Vous devriez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFD et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.