Skip to main content

Avertissement sur les risques: Les CFD sont des instruments complexes et comportent un risque élevé de perte d'argent rapide en raison de l'effet de levier. 85.9 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFD et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Veuillez cliquer ici pour lire notre Avertissement sur les risques.

85.9 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur.

Aucun frais pour la négociation de tout CFD sur cryptomonnaie

  • 0 % de frais de commission
  • 0 % de swaps pour les positions pendant la nuit
  • 0 % de frais pour les dépôts

85.9 % of retail investor accounts lose money

Available for retail clients on the Libertex Trading Platform

0% commission fee for any crypto CFD
inflation

Qu'est-ce que 2022 a apporté ? En résumé, alors que nous approchons de la fin de l'année

Thu 15/12/2022 - 16:07

À l'approche de la fin de l'année 2022, beaucoup d'entre nous seront heureux de voir s'achever ce qui a été l'une des années les plus difficiles de mémoire récente. Non seulement la majorité des classes d'instruments ont subi des pertes dévastatrices, mais le monde a également été en proie à une inflation galopante, à l'insécurité énergétique et à des ruptures de la chaîne d'approvisionnement. Pratiquement tous les actifs à risque ont été en chute libre, les valeurs technologiques et les cryptomonnaies étant particulièrement touchées.

Les prix du gaz et du pétrole ont atteint des niveaux insoutenables, tout comme les prix de la plupart des produits de première nécessité. L'impact a été encore plus spectaculaire pour les Européens, l'euro et la livre sterling perdant beaucoup de terrain par rapport au dollar. Même l'or est resté relativement stable compte tenu de l'ampleur du carnage économique. Alors, quels sont les mécanismes qui se cachent derrière cette situation larmoyante du marché, et l'année 2023 apportera-t-elle enfin un répit bien nécessaire aux traders et investisseurs tourmentés du monde entier?

Faire le point sur les dégâts

Ce n'est un secret pour personne que les actions sont en baisse depuis novembre 2021. Mais alors que beaucoup s'attendaient à une correction de courte durée, les actions ont défié les pronostics et n'ont cessé de baisser au cours des douze derniers mois. Le principal indice américain, le S&P 500, a chuté de 15 % en moyenne depuis le début de l'année, tandis que le Nasdaq, à forte composante technologique, a perdu près de 25 % sur la même période. Pour les entreprises individuelles, les pertes ont été exponentiellement plus élevées. Prenez par exemple les chouchous de 2021, Tesla (TSLA), Netflix (NFLX) et PayPal (PYPL), qui ont tous perdu plus de 50 % depuis le début de l'année.

S'il est facile de paniquer face à de telles baisses, c'est en fait tout à fait normal en période de crise économique comme celle-ci. Nous avons en effet assisté à une fuite générale du risque en ces temps incertains, et il n'est pas surprenant que les actions les plus surévaluées aient le plus souffert. Les récentes hausses des indices et des actions individuelles au cours du dernier trimestre, associées à la récente confirmation par le vice-président de la BCE, Luis de Guindos, du ralentissement de l'inflation, pourraient indiquer qu'un plancher a déjà été atteint. Ainsi, les investisseurs qui ont pratiqué la moyenne d'achat pendant le marché baissier de 2022 pourraient bien récolter les fruits de leurs efforts au cours de la nouvelle année.

Le grand gel du marché des cryptomonnaies

À la lumière de la fuite du risque évoquée ci-dessus, il n'est guère choquant que les cryptomonnaies aient enregistré les baisses les plus désastreuses de toutes les classes d'actifs cette année. Le bitcoin et l'ethereum sont désormais en baisse de 75 % en moyenne par rapport à leurs sommets historiques, et certaines pièces et certains jetons moins connus ont perdu plus de 90 % de leur valeur au cours de cette même période. Sans parler de certains projets apparemment prometteurs qui ont complètement disparu avec les milliards d'argent des investisseurs, comme Terra et FTX. Comme nous l'avons mentionné, il est tout à fait normal que les instruments les plus volatils et intrinsèquement risqués perdent le plus sur des marchés précaires. Cela ne devrait pas dissuader les investisseurs de détenir des cryptomonnaies à long terme.

Cependant, l'aspect le plus inquiétant de cet hiver crypto est sans doute la faillite massive d'un trop grand nombre de mineurs publics surendettés. Compute North est un nom très en vue qui a déjà disparu, et Core Scientific est sur le point de disparaître. Après avoir vendu toutes leurs réserves de pièces pour continuer à vivre, ils sont maintenant obligés de vendre des ASIC de pointe à une fraction de leur coût, pour le plus grand plaisir de leurs collègues mieux capitalisés. Cependant, une fois que l'ivraie aura été éliminée et que les récompenses commenceront à augmenter, nous pourrions certainement voir de nouveaux sommets parmi les actifs numériques en 2023. C'est en tout cas ce que pense Huobi Global, selon qui le BTC devrait tomber à un plus bas de 15 000 dollars d'ici mars 2023, ouvrant la voie à une nouvelle hausse au cours des trois derniers trimestres de l'année.

Frisky Forex 

La forte volatilité des cryptomonnaies est bien documentée, mais les monnaies traditionnelles sont censées être une classe d'actifs aussi stable et prévisible que possible. En 2022, cette tendance s'est bel et bien inversée et la monnaie fiduciaire a connu l'une des années les plus mouvementées de son histoire. L'EUR/USD est passé sous la parité pour la première fois en 20 ans, tandis que la valeur du dollar a grimpé en flèche par rapport à la majorité des principales devises mondiales. L'inflation était naturellement un facteur important dans ce scénario inhabituel, mais son impact a ensuite été exacerbé par une demande accrue de dollars face à la double crise des liquidités et de l'énergie. Le billet vert reste la monnaie de réserve mondiale et les acteurs du marché ont tendance à s'y réfugier en période difficile. Sans compter que le commerce mondial du pétrole se fait en USD.

On a beaucoup parlé de l'impression monétaire de la Fed qui dévalue le dollar, mais la vérité est que cet argent n'entre jamais dans l'économie réelle et a donc peu d'effet sur l'offre réelle de dollars. D'autre part, la demande de garanties en dollars sous forme de bons du Trésor à court terme sur le marché des produits dérivés, qui représente plusieurs milliards de dollars, a contribué à augmenter considérablement la valeur de la monnaie nationale américaine. La Fed s'occupant des pressions exercées par la demande par le biais de fortes hausses des taux d'intérêt et le passage attendu des contrats à terme et des options aux titres physiques en 2022, l'année à venir devrait être caractérisée par une normalisation des taux croisés EUR/USD et GBP/USD. En effet, les prévisions de Citibank pour l'EUR/USD à six ou douze mois s'établissent à 1,05 dollar, pour atteindre 1,10 dollar à long terme, ce qui est beaucoup plus familier.

L'or a-t-il perdu son éclat ?

Dès 2020, juste après l'apparition de la pandémie, les analystes du monde entier ont annoncé que l'or allait surperformer. C'est logique, non ? Les périodes de crise et les difficultés économiques ont presque toujours été bénéfiques pour le métal jaune. La seule chose qui s'est avérée encore plus rentable, ce sont les périodes d'hyperinflation. Ainsi, lorsque la pression sur les prix a atteint 10 % cette année, on peut pardonner aux chercheurs d'or de s'attendre à des gains massifs dans les métaux précieux. Toutefois, malgré un premier trimestre relativement positif, l'or a entamé le dernier mois de 2022 pratiquement au même niveau (1800 $ par once troy) qu'il y a 12 mois.

Quelle est la raison de cette performance dérisoire ? Tout dépend du dollar, bien sûr. Les prix de l'or étant exprimés en dollars, le métal semble avoir été stable toute l'année. Toutefois, si l'on gratte la surface, on constate que l'inflation signifie que le dollar s'est en fait apprécié d'environ 10 % depuis le début de l'année. Par conséquent, nous pouvons dire que l'or a également gagné à peu près la même chose. Déroutant, nous le savons. Mais si l'on considère le prix au gramme en euros, la situation devient beaucoup plus claire. Les prix au comptant en Europe ont augmenté de près de 8 %, passant de 50,49 € à 54,53 €. En tant que tel, l'or a en fait parfaitement rempli son rôle en préservant le pouvoir d'achat de ses détenteurs tout au long de cette année mouvementée. En fait, les analystes de Saxo ont affirmé que l'or pourrait « traverser le double plus haut près de 2 075 $ comme s'il n'existait pas et s'envoler vers au moins 3 000 $ » en 2023.